Bio de Christian Proust

Bio de Christian Proust


Christian Proust,
Un parcours au service des hommes et du développement des territoires

Né le 17 septembre 1949 à Lahr en Bade (Allemagne), marié avec deux enfants, Christian Proust s’est installé dans le Territoire de Belfort en 1972, lors de son embauche comme informaticien chez Bull Périphériques où il est élu délégué syndical.


De l’action syndicale à l’action politique : un engagement dans la durée

De gauche, il s’adapte sans cesse aux réalités du terrain, avec une préoccupation : se battre pour l’emploi. Son engagement de toujours aux côtés de Jean-Pierre Chevènement au sein du Parti socialiste, du Mouvement des citoyens puis du Mouvement républicain et citoyen, l’a conduit à faire du Territoire de Belfort un laboratoire du vivre ensemble à gauche, dont les résultats sont visibles.

Christian Proust a toujours été convaincu de l’importance de l’échelon local dans le développement économique. Conseiller municipal depuis 1977, conseiller régional de 1986 à 2004, conseiller général depuis 1979, il est un acteur majeur de la décentralisation en France, au sein de la commission Mauroy et sur le terrain comme Président du Conseil Général de 1982 à 2004. A ce titre, Christian Proust a créé le RMI en 1986, deux ans avant son application à l’ensemble du territoire national. Il a contribué à faire évoluer la manière dont les élus locaux peuvent s’emparer des questions économiques, en mettant en place plusieurs structures pour l’aide au développement et à la gestion du patrimoine immobilier industriel.


D’une crise à l’autre, l’innovation territoriale permanente

Fort des outils mis en place par la gauche depuis sa victoire à la tête du département et de la Ville de Belfort en 1976 et 1977, Christian Proust s’attache à surmonter les graves crises qui ont frappé des acteurs majeurs de l’industrie locale. En 1992, l’usine Bull ferme ses portes et aussitôt, le Conseil général met en place un dispositif pour racheter les locaux vides et y relancer une activité économique. Christian Proust facilite alors l’implantation du siège européen de General Electric sur le site avec 2000 emplois à la clé. L’achat de 60 000 m² de bâtiment industriel à Alstom pour soulager cette entreprise à la suite de sa quasi-faillite de 2003, permet de lancer un vaste programme de requalification baptisé Techn’hom. Pour Christian Proust, « Entreprendre la revalorisation de ce site, améliorer l’environnement des entreprises présentes, déployer des services de qualité, favoriser les extensions dans les meilleures conditions, c’est permettre à l’histoire de reprendre un cours positif ». Depuis, Christian Proust ne cesse de conforter la place de Belfort comme capitale française de l’énergie en densifiant le réseau de PME, le tertiaire structurant et les services aux entreprises comme aux salariés. L’impact de son action peut être mesuré à la capacité de résistance du département face au chômage : au cœur du 2ème pôle industriel français, le Territoire-de-Belfort est structurellement très exposé à la vague de désindustrialisation qui frappe l’Europe et la France depuis 30 ans. Grâce au travail accompli, le département connaît pourtant un taux de chômage dans la moyenne nationale, quand d’autres bassins à forte tradition industrielle (Bouches du Rhône, Nord, Pas de Calais ou Vosges par exemple) ont décroché fortement pendant cette même période. Dans le voisinage, l’agglomération de Belfort connaît un taux de chômage de près de 2 points inférieur à celui de l’agglomération de Montbéliard.

En matière de questions environnementales, Christian Proust a initié la création d’un service départemental dédié en 1992, et qui a permis, deux années plus tard, la réalisation d’une maison départementale de l’environnement sur le site de Malsaucy. La première du genre qui ait émergé en France.


L’implication dans les dossiers au service de l’action publique

Les capacités de travail et de réflexion de Christian Proust sont reconnues de tous, y compris de ses détracteurs. Sa connaissance des dossiers, fait de ce « manager public » un metteur en scène de talent de l’attractivité économique du Territoire de Belfort. Président fondateur du festival de musique Les Eurockéennes de Belfort, il a profondément renouvelé l’image du département.

Aux côtés de Jean-Pierre Chevènement, il a puissamment agi pour la construction du TGV Rhin-Rhône, primordial pour empêcher l’enclavement du Territoire de Belfort. Ce chantier est celui de l’avenir, avec la mise en place de la Jonxion, nouvelle zone économique autour de la future gare.

En 2004, il prend la responsabilité du pôle mixte public/privé de développement économique du Territoire de Belfort et devient président du Syndicat Mixte des Transports en Commun, autorité organisatrice des transports urbains du Territoire de Belfort, qui assure le financement des équipements et l’amélioration de la qualité du service.

L’organisation des transports publics est au coeur du débat politique dans ce qu’il peut avoir de plus concret et de plus pratique et Christian Proust s’en est emparé de façon très innovante.

La réussite en 2007/2008 de la mise en œuvre d’Optymo ouvre la voie à de nouveaux aménagements, un travail qui associe largement les syndicats, associations interprofessionnelles, chefs d’entreprises, commerçants et artisans, élus communaux de terrains et bien sûr les citoyens du Territoire de Belfort.

  • Twitter
  • Facebook
  • Flickr
  • RSS

Recevez la newsletter

Oser le débat en images

Dernière vidéo

 
Voir toutes les vidéos

Nous contacter

Par mail : contact@oserledebat.fr

Par téléphone : 06.41.83.53.22