Débat#2 • Comment faire de Belfort, une ville commerciale innovante, accueillante, adaptée au commerce de demain et aux attentes des consommateurs ?

Débat#2 • Comment faire de Belfort, une ville commerciale innovante, accueillante, adaptée au commerce de demain et aux attentes des consommateurs ?

Plusieurs pistes de réflexions peuvent être menées à partir des dynamiques d’une ville (sociologie, habitat, mobilités, temporalités…) et leurs conséquences sur l’offre et l’attractivité commerciale : densité et diversité commerciales, typologie des commerces, localisation, accessibilité et approvisionnement, animation, complémentarité entre les commerces de proximité, les centres commerciaux et l’e-commerce.

Les motivations de l’habitant-consommateur sont multiples, l’activité commerciale de la ville ne peut être monolithique. Tous les espaces de la satisfaction du client sont à explorer, selon tous les modes d’accession et d’acquisition, et avec la volonté de séduire le plus grand nombre. Ce dynamisme commercial doit se faire dans le cadre d’un destin commun, celui du développement d’une communauté urbaine, de l’agglomération, de la ville. Cela suppose des arbitrages et des choix.

Le commerce est en pleine métamorphose et nous, les Belfortains, devons anticiper ces nouvelles dynamiques commerciales. Nous vous invitons à venir débattre avec l’association « Oser le débat » :

Mercredi 13 février 2013 à partir de 20h.

Amphithéâtre de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Territoire de Belfort
1 rue du Docteur Fréry à Belfort

Le débat sera suivi d’un cocktail afin de poursuivre, dans la convivialité, le dialogue entre tous les participants.

Vos commentaires (3)

  • citoyenresponsable
    Le 16 avril 2013 à 09:15

    Plusieurs propositions peuvent être faites pour rendre Belfort capitale commerciale du Nord FC.
    Premièrement, il faut revoir l’ensemble de la charte des enseignes selon moi, elles sont aujourd’hui très laides sur la rue piétonne notamment, alors que les bâtiments sont anciens et de type "haussmaniens"...cachés par ces affreuses enseignes.
    Il faut aussi entièrement revoir les 4as, aujourd’hui totalement obsolètes et squattés. Il leur faut absolument une "locomotive" pour incarner leur renouveau...
    Revoir également entièrement le secteur des Nouvelles galeries et le pavage du faubourg qui n’invite guère aujourd’hui à un commerce "plaisir".
    Sinon, je pense et j’espère que Belfort réussira à attirer des commerces d’habillement indépendants et non ces franchises qui homogénéisent tous les centres villes...
    Enfin, pourquoi les faubourgs ont-ils autant de mal à louer l’ancienne cellule de Casa ? Trop cher certainement ! Car les prix pratiqués sur le faubourg de France sont totalement éloignés de la réalité du marché belfortain et des possibilités d’investissement locales. Il faut absolument régler la question de l’ancienne Casa.

  • citoyenresponsable
    Le 16 avril 2013 à 09:16

    Une autre question urgente pour le faubourg de France : comment ramener des bars ?
    La disparition des bars/terrasses sur cette artère est vraiment dommageable. Enlever un bar quasi centenaire pour mettre un magasin Damart...Un énorme gâchis pour le centre ville et l’animation apportée par les cafetiers...

  • berrichon
    Le 16 avril 2013 à 09:17

    "Mes questions aux intervenants :
    Lu dans la presse locale, Le Pays, le 27 décembre 2012.
    « Pour attirer les Alsaciens, il faut être attractifs, explique Eric Hoffmann, directeur d’Auchan Bessoncourt. Or, par exemple, j’ai cherché à réserver pour ce soir dans un restaurant à Belfort, mais ils sont presque tous fermés. Pourtant, si on veut attirer la clientèle alsacienne, c’était le bon jour. De mon côté, je n’ai pas hésité à mettre une pub dans L’Alsace. Je suis tout seul à le faire. Je pense que les associations de commerçants, les grandes et moyennes surfaces pourraient unir leurs efforts pour faire quelque chose ensemble. Il faut se bouger lorsque l’on est commerçant. J’ai l’impression que l’on est un peu statique. Si il y a moins d’événements, moins de festivités, les Alsaciens viennent moins. Mais, il ne faut pas se leurrer, s’ils viennent moins, c’est qu’ils achètent dans des commerces de proximité qui se sont multipliés ces dix dernières années. Et il y a aussi la crise. »

    L’animation d’un ville, c’est aussi la capacité de mobilisation des commerçants pour donner envie de venir, puis de rester en ville le soir et les week-end, de donner une raison de sortir, de consommer parce qu’il y a un vrai plaisir à s’offrir un produit, une prestation. Si comme moi le dimanche, il faut attendre 17:00 pour que le premier bar un peu sympathique ouvre ses portes et puis vers 20:00 faire le tour des restaurants fermés, il est certain que même les Belfortains du centre-ville se caleront devant TF1 le dimanche soir ! Et la disponibilité du cerveau sera pour Coca-Cola et Findus !
    De ma grande expérience de consommateur "libre", j’ai découvert que les lieux où se regroupent les bars et les restaurants, bars de différents types, attiraient toujours une clientèle, différente selon les moments de la journée, différente dans la recherche de la consommation, mais il existe une animation en permanence, en continue qui comme un aimant capte le client occasionnel, de sortie. A Belfort, les restaurants et les bars s’éloignent les uns des autres au lieu de créer une "animation commerciale" commune ; pourtant, à Grenoble et à Besançon, il existe des "rues de la soif" où le plaisir n’est pas seulement dans le verre ou l’assiette mais aussi dans la foule et les rencontres que l’on peut y faire. Un des arguments du commerce, c’est aussi la sociabilité, le plaisir de se promener non pour les produits mais pour les clients (Faubourg de France est autant un lieu de drague que d’achat...)

    Quelles sont les stratégies de regroupement des commerces de bouche à Belfort ? Pourquoi les galeries marchandes ou les artères commerciales ne supportent pas l’installation de bars et restaurants de qualité qui attirent une clientèle susceptible d’acheter des produits luxueux ? Comment rendre l’environnement commercial agréable en accord avec espace public sans le dénaturer ? Peut-on espérer un centre-ville commercial et romantique ?

Laisser un commentaire

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

  • Twitter
  • Facebook
  • Flickr
  • RSS

Recevez la newsletter

Oser le débat en images

Dernière vidéo

 
Voir toutes les vidéos

Nous contacter

Par mail : contact@oserledebat.fr

Par téléphone : 06.41.83.53.22